« J’ai finalement besoin de très peu pour être heureux et pour toucher le bonheur ».

La passion de Mathieu Le Lay pour le cinéma et la nature l’a conduit à étudier pendant un an à l’IFFCAM, l’Institut Francophone de Formation au Cinéma Animalier, après avoir obtenu une maîtrise en conservation de la faune à Salford université (Grande Bretagne). Les images sont pour lui un moyen de partager sa passion pour la nature et la vie sauvage, et surtout pour montrer l’immense connexion qui existe entre l’homme et la nature.

Depuis 2008, il dirige des films pour raconter cette fascination. Sa passion pour l’environnement naturel et les atmosphères mystérieuses se retrouvent dans toutes ses œuvres, photographiques comme filmiques. La nature le rappelle toujours dans sa vie, comme une source où se nourrir et s’épanouir. Il trouve son inspiration dans la découverte de nouveaux endroits et dans les rencontres qu’il fait sur son chemin. Ses images dégagent un sentiment de liberté, que Mathieu expérimente de plus en plus dans sa propre vie. « J’ai finalement besoin de très peu pour être heureux et pour toucher le bonheur. Je me débarrasse du superflu, j’évite d’accumuler trop de choses dans ma vie et dans mon espace de travail, car cela pollue l’esprit ».

Il avait l’habitude de prendre des photos, d’abord avec un polaroïd, puis avec un appareil photo numérique lorsqu’ils sont arrivés sur le marché, mais il a toujours été attiré par la vidéo. Il avait 17 ans quand il a eu sa première caméra – un mini-DV – entre les mains, pour filmer des souvenirs de vacances et plus tard, son premier grand voyage dans l’Outback australien en 2005. Il travaillait lui-même ses vidéos pour les montrer à sa famille et à ses amis. Il consacre maintenant tout son temps au tournage : « Les films avec des sons naturels et de la musique donnent une tout autre dimension émotionnelle et cette émotion même est ce que je veux partager », dit-il. Par dessus tout, ses films traduisent une histoire personnelle, sa « légende », comme il l’appelle : son art et sa quête intime sont fortement connectés. C’est l’une des principales raisons qui expliquent pourquoi ses films ouvrent des portes dans le monde intérieur des téléspectateurs pour, selon Mathieu, « trouver son moi profond ».

Mathieu Le Lay est directeur pour la télévision, chef opérateur pour les chaînes de télévision françaises (Arte, France 5) et les sociétés de production (Bonne Pioche Television, programmes Gedeon). Il a été récompensé dans des festivals internationaux pour :

  • La Quête d’Inspiration – Alexandre Deschaumes, Photographies Ethérées – 2012 (7 awards)
  • Des Gypaètes et des Hommes – 2011 (5 awards)
  • American Loneliness – 2014 (1 award)

Crédit photo: copyright © Larisa Oltean