0

Momo Sanno danse un monde que l’on peut rêver où le lien que nous avons avec la vie élémentaire est vivant : il donne formes et mouvements à cette relation profonde qui existe seulement dans notre imagination.

Comme Gaston Bachelard le dit dans L’eau et les rêves, « L’imagination n’est pas, comme le suggère l’étymologie, la faculté de former des images de la réalité ; elle est la faculté de former des images qui dépassent la réalité, qui chantent la réalité. Elle est une faculté de surhumanité » : notre imagination est faite avec de la matière, plus encore, cette matière même est imagination, parce qu’elle lui donne naissance et la nourrit. Ainsi, au lieu d’un monde abstrait, sans substance, les éléments se concrétisent à travers la danse de Momo, qui incarne notre rapport au monde. Pour citer Bachelard encore une fois, l’image est « un produit direct du cœur, de l’âme » : les « éléments de la vie » dansent simplement cette image elle-même.

« Elementa »: les quatre ou cinq éléments doivent être considérés ensemble, comme un système. Ils travaillent en couple, dans une opposition traditionnelle entre le feu et l’eau, l’air et l’eau. Ces éléments, à l’origine, étaient envisagés dans leur équilibre : isonomia pour les Grecs se réfère au système qui existe chez tous les êtres humains et qui doit être en équilibre pour assurer leur bien-être. En dansant les éléments, Momo Sanno nous offre un hymne à la vie dans son intégralité, la vie intérieure comme la vie extérieure. Comme le dit l’artiste,

« Quand j’ai créé le concept avec les éléments, je cherchais à exprimer, à incarner le fait que nous ne sommes pas seuls. Cela ne nous concerne pas seulement nous, êtres humains sur cette Terre. Nous sommes connectés, nous sommes un. Nous faisons partie de la nature, nous ne sommes pas à contre courant de ce qui régit naturellement le monde. Dans notre corps, nous trouvons l’ensemble des principaux éléments, la terre, l’eau, le feu, le métal. Une connexion sublime existe entre nous, notre soi et le monde naturel qui nous entoure. Et quand nous permettons à cette conversation d’exister, nous accédons à une compréhension plus profonde, et la part désintéressée de notre être se relâche, elle peut même se dissiper pendant un certain temps, et nous pouvons atteindre un monde plus profond, où l’accent n’est pas mis sur la séparation, mais sur l’unité ».

« Les éléments de la vie » nous rappelle que nous sommes faits de ces éléments mêmes que nous trouvons dans la nature et, pour cette raison, nous faisons un avec la vie. En ce sens, la danse de Momo Sanno peut apparaître comme une révélation, un lever de rideau, un aperçu de notre être véritable : « Les éléments de la vie » est une façon d’utiliser le corps comme un pont entre extérieur et intérieur, entre la vie naturelle et la constitution même de notre être vivant. Bien plus, à chaque élément est donné une forme : la danse parvient à incarner ce qui pourrait ressembler à une idée abstraite, à la rendre visible et à mettre en valeur sa présence.

air-momo-sanno

Danser l’élément Air prend ici la forme d’un corps volant, léger et suspendu, entre le ciel et la terre, en totale vibration avec le souffle vital (le k’i selon les Chinois). Pour citer Bachelard, « la liberté aérienne parle, illumine, vole »: le rêve de voler devient réalité. Momo Sanno traduit par la danse et le mouvement ce matériau aérien qui a une place si grande dans notre imaginaire.

 

dancing-earth

Ancrée et profondément connectée à la gravité, voici une danse en l’honneur de la puissance et de la force qui viennent de la Terre. Terre, Chaos Primordial, Prakriti, materia prima : cet élément est la Mère Universelle qui donne naissance et régénère. Selon Gaston Bachelard, c’est l’élément le plus tangible et le plus concret, l’archétype de la matière elle-même. Danser l’élément Terre devient un corps-à-corps qui révèle l’Unicité qui lie tout être humain à cet élément terrestre.

Le corps alors retrouve son sens véritable : un canal, un médium, qui disparaît en tant qu’entité indépendante pour ne faire plus qu’un avec le monde extérieur. Librement, la danse permet au flux de s’exprimer jusqu’à faire disparaître tout ce qui persiste comme une réalité séparée et l’unifier avec l’énergie de la vie.

water-momo-sanno

Ce que Momo Sanno exprime à travers sa danse, c’est également un retour à l’essentiel : se souvenir de notre relation avec la nature, se souvenir que nous faisons partie de ce flux universel qui nous entoure. Voici « Les éléments de la vie » de Momo Sanno, qui danse l’Unité :

 

Leave a Reply

Shanqa vous accueille |